• David Hartell

Lettre au Ministre de la Santé appelant à un dialogue national pour augmenter et soutenir les dons e


Honorable Dr Jane Philpott, Ministre de la Santé,

Au nom du Programme national de recherche en transplantation du Canada, je tiens à vous manifester notre appui, tout comme notre désir de travailler conjointement avec vous et tous les membres de la Chambre des communes afin d’améliorer le don d’organes et la transplantation au Canada. Le Canada est un leader mondial en santé et innovation. Plusieurs chercheurs et cliniciens-chercheurs de renom collaborent sans relâche afin d’améliorer la santé des Canadiens. Cela dit, notre taux de donneurs d’organes décédés (16,7 donneurs par million d’habitants, au 19e rang mondial, derrière l’Uruguay et la Biélorussie) se situe bien en deça de ceux d’autres pays. Au 31 décembre 2014, 4592 personnes étaient inscrites sur les listes d’attente de transplantation d’organe; ce manque d'efficacité du système de don d’organes canadien a entraîné la mort de centaines de canadiens, décédés avant de recevoir un organe alors qu’ils auraient pu être sauvés.

Ces dernières années, de nombreux pays ont observé une augmentation importante et rapide du don d’organes après avoir implanté des approches organisationnelles nationales, qui sont répandues à travers le monde. Pendant ce temps, le système de don d’organes au Canada souffre d'un manque de coordination nationale puisque chaque province décide pour elle-même, ceci se traduit par de très faibles augmentation des taux de don d’organes, et ce alors que les listes d’attentes pour des organes continuent de s’allonger et que les décès des personnes en attente vont croissant. D'ailleurs, nous sommes un des très rares pays ne s'étant pas doté d'une approche nationale relativement au don d’organes et de tissus, et ce sont nos citoyens les plus vulnérables qui en font les frais. Le Canada a désespérément besoin d’une nouvelle législation pour remédier à cet enjeu vital.

La transplantation est une composante primordiale des soins de santé du Canada. Dans certains cas, la transplantation sauve des vies; dans d’autres cas, elle améliore de façon considérable la qualité de vie de patients très malades, leur permettant de retrouver des vie saines et actives. Mais ils ne sont pas les seuls à en profiter : leurs familles et amis, voire la société tout entière, en bénéficient indirectement. En outre, le don d’organes honore la volonté de chaque donneur décédé qui a désiré aider concrètement quelqu’un dans le besoin; il illustre l'importance que nous donnons comme société à la valeur du don. Les transplantations allègent le fardeau de dizaines de milliers de Canadiens souffrant d’insuffisance d’organes ou de cellules (rein, poumon, cœur, foie, pancréas/îlot, intestin), ou d’hémopathies malignes. En plus de sauver des vies ou d’en améliorer la qualité, la transplantation permet à notre système de santé d’économiser de l’argent et des ressources précieuses, puisqu'il affiche un rapport coût-efficacité fort avantageux : par exemple, chaque patient qui reçoit une greffe de rein fait économiser entre 33 000$ et 84 000$ annuellement en coûts liés à la dialyse tout en améliorant la vie du patient.

Le Programme national de recherche en transplantation de Canada (PNRTC) a été créé en 2013 par le Gouvernement du Canada par le biais des Instituts de recherche en santé du Canada. Le PNRTC regroupe, d’un océan à l’autre, plus de 300 chercheurs aux expertises variées qui travaillent à améliorer l’accès à la transplantation et le bien-être des receveurs de transplantation. Il s'agit du seul programme de recherche national au monde qui réunit dans un même réseau des chercheurs en sciences fondamentales, des chercheurs-cliniciens et des experts issus de plusieurs horizons disciplinaires : domaines du don d’organes et de tissus, de cellules souches et de transplantation d’organes, économistes de la santé, éthique et droit, politiques de santé, de même que des partenaires utilisateurs de connaissances et des patients partenaires. Les investissements du Canada dans la recherche sur le don d’organes et de tissus et la transplantation ont permis de mettre en lumière certains des facteurs complexes qui empêchent l'implantation de meilleures pratiques touchant la transplantation pour les Canadiens, en particulier le manque de coordination nationale. Avec le soutien de ses partenaires et des patients, le PNRTC a effectué des avancées importantes dans l’amélioration des résultats de la transplantation et dans le développement de stratégies visant à faire déboucher les découvertes scientifiques sur de nouvelles thérapies, politiques et pratiques. Cela dit, une meilleure efficacité du système de don d’organes au Canada ne pourra être atteinte qu’en réunissant toutes les parties prenantes au moyen de l'implantation d’un système national structuré.

Le dépôt du Projet de loi C-223,Loi établissant le Registre canadien des donneurs d’organes et visant à coordonner et à promouvoir les dons d’organes au Canada, représente une occasion unique de trouver une solution nationale aux difficultés que nous rencontrons concernant les statistiques de don. Bien que nous soyons conscients que le projet de loi, dans sa forme actuelle présente certaines imperfections, nous estimons qu'il s'agit d'un pas dans la bonne direction. Nous applaudissons en particulier les efforts déployés par MP Ziad Aboultaif pour attirer l’attention de la Chambre des communes sur les défis du don d’organes. Ce projet de loi engagera une discussion à l'échelle nationale sur les moyens à prendre en vue d'augmenter les dons d’organes au Canada. Pour toutes ces raisons, nous encourageons fortement votre gouvernement à transmettre ce projet de loi au Comité permanent de la santé (CPS). Nous y collaborerons avec les patients, les chercheurs, les fondations et les agences gouvernementales afin d’élaborer le cadre de coordination d'un système national visant à augmenter et soutenir les dons et la transplantation.

Nous nous réjouissons à l'idée de collaborer avec vous et le gouvernement fédéral afin d’identifier toute idée ou solution qui permettrait d’augmenter le nombre de dons d’organes et de transplantations au Canada et d’améliorer la santé des Canadiens en attente ou qui ont reçu une transplantation.

Sincèrement,

Lori J. West, MD, DPhil, FRCPC

Directrice du PNRTC

#loriwest #DirectorsMessage

4 views
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon

© 2014 by the CDTRP

All rights reserved